CCI de Nouvelle-Calédonie


Élément moteur du développement économique, la Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie représente les secteurs du commerce, de l’industrie et des services. Pour accompagner les porteurs de projet et les entrepreneurs à chaque étape de la vie de leur entreprise, la CCI met à leur disposition des services adaptés et personnalisés. Conseils en création, gestion, environnement ou formalités, information économique et juridique, fichier des ressortissants, aide à la création d’entreprise sont autant de services qui font de la CCI un partenaire privilégié de plus de 14 000 entreprises.

La formation est une autre mission essentielle de la CCI-NC. La CCI a créé ainsi plusieurs structures adaptées : la CCI Apprentissage, l’École de gestion et de commerce (EGC), la formation professionnelle continue (FPC), l’Institut de régulation et d’automation (IRA Pacific) pour la maintenance industrielle, l’Institut de formation des pompiers d’aéroport (IFPA).

Territoires Iles de Nouvelle Calédonie


Située dans le Pacifique Sud-Ouest, entre le continent asiatique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie appartient à l’arc mélanésien. Elle a le statut de collectivité d’outre-mer (COM) et fait également partie des pays et territoires d’outre-mer (PTOM), associés à l’Union européenne, au même titre que les autres territoires océaniens de Polynésie française et de Wallis et Futuna.

L’archipel s’étend sur une surface de 18 575 km 2 et possède une zone économique exclusive (ZEE) d’environ 1,4 million de km2, soit plus de la moitié de la mer Méditerranée. Il est composé de la Grande Terre (400 km de long sur 50 km de large), des quatre îles Loyauté (Lifou, Ouvéa, Maré et Tiga), à l’est, de l’archipel des Belep, au nord, et de l’île des Pins, au sud.

La Nouvelle-Calédonie bénéficie d’un statut à part entière au sein de l’organisation institutionnelle française. Celui-ci résulte de l’accord de Nouméa du 5 mai 1998 et confère à cette collectivité une large autonomie. Le territoire est réparti en trois entités administratives : la province Nord (nord de la Grande Terre et Belep), la province Sud (sud de la Grande Terre et île des Pins) et la province des Îles Loyauté. Ces trois provinces sont chacune dotées d’une assemblée, élue au suffrage direct par un corps électoral restreint, lors des élections provinciales. Ces trois assemblées forment le Congrès de la Nouvelle-Calédonie, qui possède un pouvoir législatif en votant les « lois du pays ». Le gouvernement calédonien, composé de 11 membres, est nommé proportionnellement à la répartition politique des élus du Congrès. La Nouvelle-Calédonie gère des compétences larges, hormis les compétences régaliennes dévolues à l’État, représenté localement par le Haut-commissaire de la République. Les autres institutions sont le Sénat coutumier, qui représente et porte la parole des huit aires coutumières kanak ; les conseils coutumiers ; et le Conseil économique, social et environnemental (CESE). Nouméa abrite par ailleurs le siège de la Communauté du Pacifique (CPS) depuis 1949.

La Nouvelle-Calédonie compte 270 000 habitants. Une population à laquelle la colonisation puis le développement économique ont conféré un visage composite : Kanak et Européens ont été rejoints par des populations d’origines vietnamienne, indonésienne, japonaise, polynésienne de Polynésie française et de Wallis-et-Futuna, chinoise... Nouméa et sa périphérie (Grand Nouméa) concentrent près de 70 % de la population. Le PIB s’élève à 983 milliards de francs CFP (2016) soit environ 8,2 milliards d’euros. Les transferts de l’État représentent près de 16 % de ce PIB. La principale activité économique du territoire est l’industrie minière et métallurgique. Les gisements de nickel représentent entre 20 à 40 % des réserves mondiales. La production représente 9 % de la production mondiale et se partage entre trois opérateurs : la Société Le Nickel (SLN) à Nouméa, filiale du groupe français Eramet ; Vale Nouvelle-Calédonie, dans le Sud, filiale du groupe brésilien Vale ; et Koniambo Nickel SAS (KNS) dans le Nord, co-détenue par la SMSP calédonienne et le groupe anglo-suisse Glencore.

Dans un contexte de crise mondiale du nickel, une stratégie de diversification économique est à l’œuvre, notamment du côté du tourisme. Le reste de l’activité économique se partage entre les autres industries, l’élevage, l’agriculture, la pêche et l’aquaculture, le BTP, le commerce, les services… Les organisations patronales et entrepreneuriales nationales comme la CCI, le Medef et la CPME sont représentées localement.

Coordonnées de la CCI Nouvelle-Calédonie


15 rue de Verdun
BP M3
98849 NOUMEA CEDEX